Service de l’Identité judiciaire

  • Date :

    1914 - 1918

  • Description physique :

    Importance matérielle : 1041 planches

  • Producteur : Service de l’Identité judiciaire
  • Information sur le producteur :

    Le service de l'Identité judiciaire dépend de la Préfecture de Police de Paris (Police Judiciiaire). Créé en 1882 et définitivement organisé en 1893, il possède rapidement une section photographie. Il constitue un des témoins de la modernisation de la police française en appliquant les méthodes scientifiques les plus avancées alors aux recherches judiciaires afin d'identifier et recenser les différents criminels (identification anthropométrique, dactylotechnie, gestion des sommiers judiciaires recensant toutes les condamnations).

    L'activité de la police judiciaire et donc de l'Identité judiciaire connaît un énorme accroissent à partir de 1914 en étant mis à la disposition des autorités politiques et militaires françaises. Ils doivent contribuer en région parisienne à assurer la surveillance de tous les personnes jugées suspectes ou susceptibles de troubler l'ordre public et la bonne conduite de l'effort de guerre ainsi qu'assurer la surveillance de toutes les installations ou établissements importants ou jugés sensibles.

  • Modalités d'entrée :

    Nous n'avons pas retrouvé à l'heure actuelle de numéro d'entrée dans nos archives et les registres de Nanterre: l'ensemble a été acheté en septembre 1946 à Madame Rapin; les photos provenant d'un ancien employé de l'Identité judiciaire. Les photos ont été enregistrés en mai 1947 dans le registre d'inventaire des photos (numéros 8497à 9546).

  • Présentation du contenu :

    Les tirages présents, par leur diversité, sont un bon échantillon de l'activité déployé afin de documenter au mieux tous les évènements ayant trait à la vie publique de l'époque et enrichir les archives policières.

  • Conditions d'accès :

    Librement consultable.

  • Conditions d'utilisations :

    La reproduction, la publication ou la citation des documents sont soumises à l’accord préalable de La contemporaine.

  • Mots-clés