Le "Front russe" dans le Fonds Valois
Le 28/09/2018 à 15h21 par Dominique BOUCHERY
Résumé

Ces 285 photographies proviennent de la Section photographique de  l’armée (SPA) envoyée sur le front russe durant la révolution russe à la fin de la 1ère guerre mondiale jusqu’à  la guerre civile  opposant Rouges et Blancs de 1917 à 1921. Ces expéditions nous mènent de la  Russie du sud à la Sibérie en passant par l’Oural.

 La numérisation a  suivi le classement géographique d’origine.

 

Contexte

Cette mission s’inscrivait dans le cadre de l’intervention alliée menée par 14 nations en réaction à la signature de la Paix de Brest-Litovk le 3 mars 1918 par Trotski. Elle visait à soutenir les Blancs contre le pouvoir bolchevique. Certains clichés attestent ainsi de la présence des forces étrangères en présence aux côtés de la France telles que la Légion tchécoslovaque, la marine américaine…

 

Le sud de la Russie et l’Ukraine

Une douzaine de clichés suit l’armée des volontaires du général Denikine à Ekaterinodar (devenu Krasnodar) : portraits du chef entouré de son état-major, enterrement d’officiers tués par les bolcheviks , convoi de prisonniers et bien sûr équipement militaire de ses troupes. Parallèlement on y trouve sous ses différents aspects la présence de l’armée française : réception du général d'Anselme à Odessa, visite des casernes de Cadets à Novotcherkassk, invitations aux festivités locales comme les fêtes gymniques. Les photos de monuments, les panoramiques à caractère militaire figurent en nombre.

 

La Sibérie, la Russie septentrionale et la Mandchourie

Environ deux tiers des clichés dont très peu sont datés concernent ces régions et illustrent la mission Janin. Nommé commandant en chef des forces alliées en Russie par le maréchal Foch en août 1918, le général Janin devait rapatrier vers l’Europe les troupes tchécoslovaques présentes sur le territoire russe vers l’Europe (il s’agissait de prisonniers de guerre libérés par Kerenski après la révolution de février).

L’article de Véronique Goloubinoff La mission de la section photographique et cinématographique de l’armé en Sibérie et en Russie du nord 1918-1919 est une source incontournable pour appréhender le contexte historique complexe de l’expédition. Elle a de plus le mérite de citer le nom des opérateurs qui se cache derrière chaque cliché : Antoine Mangin, Lucien Hayer, Edmond Cochet.

http://archives.ecpad.fr/wp-content/uploads/2010/06/spca.pdf

 

Si l’intérêt historique de ces photographies est indéniable, il faut également signaler leur apport tant géographique qu’ethnographique. L’équipe de la SPA découvrait durant cette mission des contrées lointaines le long du transsibérien et des populations autochtones au mode de  vie souvent précaire. Elle les immortalisa parallèlement aux scènes militaires  et aux réalisations du génie civil.

 

Carole Ajam


:

  Odessa, L'église russe, 1919

 

 

Accès à la collection:

https://argonnaute.parisnanterre.fr/ark:/14707/a0115277768062eX5Jq

Mots clés : 
Partagez cet article
Commentaires

Seuls les utilisateurs identifiés peuvent laisser un commentaire.

Me connecter à mon compte

Billets proches

Aucun billet trouvé